Catégories
Plugin et site web

La campagne de Trump boosté par une application

Un tout nouveau concept

Gagnez 5 000 points et vous pourrez échanger ces points contre une réduction dans un magasin de la campagne. Gagnez 100 000 points, et vous pourrez prendre une photo avec le président Donald Trump.

La nouvelle application de campagne de Trump utilise la gammisation pour sensibiliser les électeurs et collecter des données précieuses. Il s’agit de la dernière initiative de la campagne, qui tente de mettre à profit son avantage numérique déjà considérable pour remporter une victoire aux élections de 2020 contre le candidat démocrate présumé à la présidence, Joe Biden. Ce faisant, elle s’appuie sur le succès de la campagne 2016 de Trump, qui a innové en ciblant les électeurs sur des plateformes en ligne comme Facebook et Twitter.

L’élection de 2020 étant désormais dominée par une crise sanitaire et économique, les prouesses numériques de la campagne sont plus vitales que jamais.

« Des millions de personnes regardent chaque jour notre engagement en ligne. Les gens sont chez eux. Ils sont engagés. Ils essaient d’aller sur leur ordinateur, de voir ce qui se passe », a déclaré le directeur de campagne de Trump, Brad Parscale.

« Je pense que c’est un moment qui nous a permis de construire un système encore plus solide que nous ne l’avions jamais pensé, le numérique peut fonctionner en politique », a-t-il déclaré.

M. Parscale a déclaré que l’application, qu’il a lancée le week-end dernier et qui est en préparation depuis plus de six mois, est conçue pour exploiter l’excitation des concours afin d’engager les partisans du président.

À l’origine, l’application devait être centrée sur les rassemblements de la campagne Trump, qui étaient déjà utilisés par la campagne pour inscrire des milliers de personnes et les encourager à s’impliquer et à étendre le réseau Trump.

Un bon remède anti-crise

Mais lorsque la crise du coronavirus s’est aggravée aux États-Unis et que les rassemblements ont été annulés à la mi-mars, peu avant le lancement de l’application, Parscale et son équipe ont dû la retravailler.
Désormais, les supporters qui téléchargent l’application peuvent regarder plusieurs « shows » en direct animés par des assistants de campagne et des substituts.

« Nous l’avons remaniée pour nous assurer qu’elle puisse prendre en charge tous nos événements virtuels », a déclaré M. Parscale.
« Nous avons été très mobilisés pendant longtemps et le passage à des événements virtuels a probablement été le plus grand changement que nous ayons eu à faire. Mais en quelques semaines, nous avons eu la technologie, les émissions, tout le monde a installé ses studios dans tout le pays, chez eux et chez des substituts, et nous avons pu passer de quelques émissions la première semaine à plusieurs par jour ».

L’application est déjà utilisée pour amplifier les messages du Président sur le Covid-19 – comme le décret de cette semaine qui arrête temporairement les nouvelles cartes vertes.

Le concept derrière l’application est le suivant : Un supporter de Trump peut accéder à ses contacts téléphoniques grâce à l’application et est ensuite encouragé à partager l’application avec ses amis.
« Aidez-moi à gagner des points pour mon application », a déclaré M. Parscale, en décrivant un électeur ou un bénévole cible.

Pour installer l’application, vous devez donner votre numéro de téléphone portable, qui est une information précieuse pour l’électeur. Mais s’ils remplissent le profil optionnel avec des informations supplémentaires, comme une adresse personnelle, c’est l’or de la campagne.

Ses créateurs pensent que l’application peut combiner les informations qu’ils obtiennent avec l’énorme fichier d’électeurs du Comité national républicain, qui possède maintenant des données sur plus de 200 millions d’Américains. C’est la clé du « micro ciblage » à l’avenir, qui consiste à atteindre les électeurs sur des questions spécifiques dont la campagne sait qu’elles les persuaderont en fonction de leurs intérêts.
« Les données que nous obtiendrons grâce à cela sont formidables, surtout pour trouver des électeurs qui ne figurent pas dans les informations sur les sondages, ce que j’ai toujours appelé les votes d’atout cachés », a-t-il ajouté.

Une campagne axée sur les données

En 2016, Parscale, qui, comme son patron, n’avait aucune expérience politique préalable, était le directeur numérique de la campagne Trump.
Au grand chagrin du candidat, qui l’a remercié par la suite, Parscale s’est efforcé de consacrer de l’argent et des ressources humaines à la présence en ligne de la campagne, allant même jusqu’à faire participer des représentants de Facebook à l’opération Trump pour mieux cibler les publicités numériques.

Dans ce cycle électoral, la campagne Trump a voulu jouer la montre, alors que les démocrates se battaient pour l’investiture et collecter des dizaines de millions de dollars.

« Notre campagne a toujours été en quelque sorte construite avec une infrastructure numérique. Les gens ont toujours dit : « Vous allez avoir un département numérique ? J’ai dit non, toute la campagne est numérique. Je pense que cela s’est avéré très utile lorsque la pandémie de coronavirus a frappé », a déclaré son directeur de campagne.
Il est clair que Parscale considère cette application comme le joyau de la couronne.

L’application conviviale Trump est autonome et propose des tutoriels vidéo des meilleurs assistants et substituts de campagne comme Lara Trump, qui explique comment devenir un « activiste numérique » sur les réseaux sociaux et organiser une « rencontre MAGA ». Kimberly Guilfoyle explique comment devenir un « collecteur » de fonds et le directeur politique Chris Carr explique comment devenir un « chef d’équipe » de base.

La campagne de Biden dispose également d’une application qui fournit des informations sur les événements – tous virtuels de nos jours – ainsi que les dernières nouvelles de la campagne et des conseils sur où et comment se porter volontaire et faire un don.

Certains démocrates s’inquiètent publiquement du fait que la présence numérique de la campagne de Biden est en retard, et encore plus à l’ère du coronavirus avec tout ce qui se passe en ligne.

Le combat pour la présidence s’effectue désormais en ligne

L’ancien directeur de campagne d’Obama, Jim Messina, a tiré la sonnette d’alarme en s’adressant récemment à son collègue David Plouffe, ancien conseiller principal d’Obama, dans son podcast.
« Les chiffres sont plutôt sombres. Joe Biden a 4,6 millions de followers sur Twitter. Donald Trump en a 75 millions. Joe Biden a 1,7 million de fans sur Facebook. Donald Trump en a 28 millions », a déclaré M. Messina.

« Il y a deux côtés de l’internet, deux types de contenu qui ont de l’attrait : les contenus haineux qui divisent et les contenus compatissants et sincères. Nous n’essayons pas de rivaliser avec Trump sur le premier. Mais nous allons bien faire avec le second, et cela prend du temps pour créer une communauté et des liens, et c’est ce que nous faisons en ce moment », a déclaré l’assistant de Biden.

L’application affiche désormais tous les messages des réseaux sociaux de Trump, en particulier les tweets du président. Mais Parscale indique que l’objectif à long terme est de faire de l’application une nouvelle plateforme de contact direct avec les supporters de Trump, en particulier si « les géants des réseaux sociaux décident de bloquer les communications du président Trump ». Il pense que ce sera l’un des objectifs les plus « controversés » de l’application.

« Cela permet à toute personne qui souhaite soutenir le président Trump de télécharger directement l’application, d’obtenir des informations, de communiquer avec nous sans avoir besoin d’une société tierce qui pourrait ou non avoir des préjugés contre nous », a-t-il déclaré.

Pour conclure, il semblerait que l’apparition d’applications dans la campagne présidentielle soit un gros chamboulement dans l’histoire des états-unis, un énième rappel en ce qui concerne les avancées technologiques et leur impact. A l’heure actuelle, avoir son propre site internet ou son application peut marquer une réelle décision, c’est pourquoi nous pensons qu’il faut créer une application pour son entreprise, ou tout autre projet que vous lancez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *